La fin de cette année 2012 est décidément une période où l’on entend beaucoup parler d’Alexandre Astier ; Que ma joie demeure ! lui fournit une excellente raison de donner des interviews un peu partout. Et aujourd’hui c’est Christophe Chabert qui nous donne de la lecture.

© Pascal Chantier

© Pascal Chantier

Christophe Chabert vous le connaissez forcément si vous possédez les coffrets DVD de Kaamelott : c’est l’homme des reportages qui peuplent les bonus des saisons ; et pour Le Petit
Bulletin
édition Saint-Étienne il nous donne l’une des meilleures interviewz d’Alexandre Astier depuis un bon moment.

On trouve évidemment beaucoup de choses sur Que ma joie demeure ! et David et Madame Hansen dont le DVD sort fin janvier 2013 ; mais, impossible d’y couper, quelques mots sur la suite de Kaamelott ce sont glissés à la fin de l’interview. Rien de franchement nouveau, mais de petits détails qui font plaisir à entendre… Les démêlés juridiques et contractuels rencontrés avaient déjà été évoqués plusieurs fois, notamment en ce qui concerne la liberté accordée à Alexandre Astier pour effectuer son boulot comme il l’entend ; la question des droits est primordiale et prend généralement longtemps à traiter… Mais on avance, et s’est même carrément en bonne voie puisqu’on apprend que Jean-Christophe Hembert sera bien producteur exécutif des futurs longs-métrages, ce qui semble être une condition impérative posée par AA (et on le comprend !). Reste à obtenir l’assurance d’une autonomie la plus complète possible…

Pour parler de la suite… Ça doit te gonfler à la longue que l’on te parle de Kaamelott au cinéma, mais c’était annoncé à la fin de la série…
Ça ne me gonfle absolument pas. Je te passe les problèmes contractuels, mais si je me lance dans la trilogie, plus Kaamelott Résistance, qui couvre toute l’époque entre l’absence d’Arthur et le pouvoir de Lancelot et qui sera une série de nouvelles et idéalement un unitaire M6 de 90 minutes, j’en ai pour douze ans minimum. Donc je veux que ce soit clean. Pour l’instant, c’est en impasse juridique sur les droits, sur l’autonomie que je conserve sur l’œuvre. Mais j’ai obtenu la majorité des choses que je voulais : le fait que Jean-Christophe Hembert soit producteur exécutif, quelque chose de capital pour moi, le fait que les décisions sur la licence se passent chez moi… Il y a aussi la série Vinzia, en développement chez Canal +, et deux trois petites choses. Et j’aimerais bien lancer quelque chose de très autonome, une chaîne Youtube, un truc fait maison, avec des choses régulières. Ça m’intéresse beaucoup, cette autonomie complète, de 0 à 100, de l’écriture à la post-production. Tu postes
de chez toi et tu attends !

Bref, que du bon ! Vous pouvez lire l’intégralité de l’interview sur le site du Petit Bulletin, ou directement via la version PDF fournie par Christophe Chabert sur Twitter.

Laisser un message


*